300km de vélo en famille entre La Rochelle et Cap-Ferret !

Tous ceux qui m’ont suivie sur mon Twitter ou Instagram savent bien qu’à la mi-juillet, nous sommes partis une semaine en famille sur une piste cyclable très célèbre : la Vélodyssée qui longe l’Atlantique sur plus de 1400 km ! Le paradis pour le cyclotourisme ! Nous avons choisi de commencer à La Rochelle et nous avons fini au Cap-Ferret. Très précisément, entre ces deux villes, il y a 274km de pistes cyclables mais après quelques détours, nous avons atteint 300 kilomètres au compteur.

Pour nous, il s’agissait de notre 7iè périple à vélo avec les enfants. Nous commençons à être bien rodés ! Je vais donc en profiter pour vous donner les détails pratiques de notre voyage pour ceux qui seraient tentés par quelques kilomètres à vélo sur un chemin facile, praticable avec une carriole.

velodyssee

Tout d’abord, voici notre itinéraire avec un résumé de chaque étape. Je précise que nous n’avions pas prévu d’avance le découpage. Nous avons avancé chaque jour au fil de nos envies et de notre forme en visant bien sûr de ne pas rater notre train pour Paris !

Jour 1 : Paris Montparnasse -> La Rochelle-> Rochefort :

Trajet en TGV avec nos vélos dans les housses car pas d’emplacements vélos disponibles. Nous avons mis 40 minutes à la gare pour tout démonter, ranger puis s’installer dans le train avec tout notre équipement. Pour ceux qui ont suivi, normalement nous avions des places pour les vélos et des places pas très chères pour nous mais j’avais perdu nos billets que nous avons donc dû racheter à prix fort et sans emplacement vélo. A La Rochelle, la malchance nous poursuit : il pleut à verse. On traverse la ville, on rejoint la piste cyclable et là, Ticoeur nous dit que l’eau rentre dans la carriole malgré les protections et le plastique. Du coup, on se regarde avec mon mari et on décide de retourner à la gare et nous prenons des billets de TER (pas besoin de démonter les vélo, ouf !) pour atteindre notre objectif de la journée : Rochefort. Là-bas, nous montons la tente sous la pluie, puis le soleil fait son apparition et nous passons une belle soirée. Nous avons très bien mangé, dans un restaurant simple à l’accueil chaleureux : Terre Océan.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bouh ! Il pleut !

Lire la suite

Le jour où j’ai visité le Machu Pichu…

En mai 2002, j’étais partie vivre quelques mois au Pérou, toute seule, comme une grande. Envie de réaliser un vieux rêve, envie d’appendre l’espagnol, envie de changer d’air, envie d’aventure… Je suis partie rapidement, sans rien organiser. J’ai juste acheté un vol Paris-> Lima avec un retour open, sans date précise. J’ai loué mon appartement à un collègue, j’ai organisé une grande soirée de départ à Paris et avec seulement une valise et l’adresse d’un ami d’ami à Lima, je suis partie.

Arrivée à Lima, je n’ai pas fait la fière. La ville est impressionnante, tentaculaire. Une mégalopole qui m’a fait peur. Ses néons la nuit, la pauvreté, les bidons-villes traversés. J’ai dormi à Miraflores, le quartier chic, chez la personne qui m’avait été recommandé. J’ai parlé de mes craintes à mon hôte et il m’a fortement conseillé de partir à Cuzco. Que tout serait plus simple pour moi là-bas. Dès le lendemain, je retournais à l’aéroport et je prenais un vol Lima-Cuszo avec la compagnie LAN qui m’a été conseillée pour son sérieux. Ainsi, en 1h15 de vol, je traversais les Andes. C’est le plus beau vol en avion que j’ai pu faire jusqu’à présent. Les montagnes rougeoyantes sont superbes. L’arrivée à Cuzco est magnifique. J’ai croisé des routards qui avaient choisi de faire Lima-Cusco en bus pour économiser mais c’est une sacrée aventure : 21h de bus sur des routes de montagnes ! C’est très sport !

Donc Cuzco : coup de foudre dès les premiers instants. Ancienne capitale de l’Empire Inca. Je repensais aux Cités d’Or ;-)

J’ai tout de suite aimé la quiétude de cette ville en comparaison avec Lima. La place des Armes, le quartier San Blas où je me suis louée un minuscule appartement troglodyte pour 100$ par mois. J’ai trouvé une association humanitaire pour occuper mes journées utilement tout en apprenant l’espagnol. Je me suis fait des amis péruviens. Bref, j’ai passé d’agréables mois à 3400 mètres d’altitude !

Évidemment comme toute personne qui va à Cuzco, j’avais très envie de voir le Machu Pichu, Cité Inca du 15iè siècle.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Lire la suite

Avion en retard ? Vol annulé ? Quels sont nos droits ?

J’imagine que vous avez tous connu ces situations fort désagréables d’un avion très en retard ou d’un vol annulé ?

Personnellement, j’ai déjà eu le droit à :

  1. Un vol pour Palerme qui a été retardé de 4h ! La compagnie nous a offert un sandwich et une boisson… Maigre consolation, d’autant plus que je ne partais pas en vacances mais que je me rendais en urgence aux obsèques de ma grand-mère. Résultat, je suis arrivée après la messe… !
  2. Une compagnie aérienne low-cost qui fait faillite pendant mes vacances. Du coup, vol annulé. Une compagnie concurrente me propose un vol à tarif préférentiel mais quand même beaucoup plus cher que mon billet initial…
  3. Lors de notre départ pour notre Tour du Monde en 2007, nous avions acheté un billet Paris-> Shanghai avec une correspondance à Londres. A Londres, notre avion arrive à l’heure mais le temps de traverser au pas de course l’immense aéroport d’Heathrow, nous ratons notre vol pour Shanghai ! En fait, la correspondance n’était pas du tout réalisable. La compagnie aérienne nous a expliqué que nous n’aurions pas dû acheter un vol pour lequel le changement laissait si peu de temps. La question que je me pose est : pourquoi cette combinaison était-elle en vente ? En dédommagement, nous avons eu un accès offert au salon VIP en attendant le prochain avion. Nous avons bu du Champagne et mangé des sushis mais encore une fois c’est une maigre consolation : nous avons perdu 24h et nous avons dû nous loger à Londres à nos frais.

IMG_5411

Bref, des anecdotes comme ça, vous devez en avoir pas mal j’imagine. Après, si je relativise, étant donné le nombre de fois que je prends l’avion, je n’ai pas eu tant de mésaventures… Mais si ça devait se reproduire, j’essaierais d’obtenir une indemnisation car j’ai appris récemment que le voyageur a bien plus de droits que je ne pensais. Voici des exemples de ce que le droit européen nous dit :

Si l’avion est opéré par une compagnie aérienne régulée par l’UE, les personnes ont les droits suivants:

  • Vols en dessous de 1,500km avec un délais de 2 heures ou plus, les personnes ont droit à une compensation de 250 euros.
  • Vols entre 1,500km et 3,500km avec un délais d’au moins 3 heures, les personnes peuvent recevoir jusqu’à 400 euros.
  • Vols de 3,500km ou plus avec un temps d’attente  de 4 heures, les personnes peuvent réclamer jusqu’à 600 euros.
  • Les délais de plus de 5 heures donnent le droit aux passagers de se retirer du vol et d’être ramené à leur destination de départ.

N’hésitez pas à lire tous les détails du règlement établi par le Parlement Européen et le Conseil avec la description des conditions.

Lire la suite

Souvenirs de Chine : la Cité interdite à Pékin

La Chine me manque. Je vous en avais déjà parlé : je suis passionnée par ce pays depuis que je suis toute petite. Mon père nous emmenait au restaurant chinois tous les dimanches depuis mes 3 ans. Je ne sais pas si ça vient de là. Pas seulement. Il y a eu les livres de Pearl Buck et puis mon goût pour le dessin à l’encre de Chine. J’ai lu de plus en plus d’ouvrages sur la Chine ou de romans qui se passaient là-bas. Je me suis mise au mandarin à l’université. J’ai appris 1500 caractères. J’ai peur de tout avoir oublié. C’est si difficile. J’ai voyagé plusieurs fois en Chine : j’ai visité le Yunnan, Shanghai, Xi’An, les pains de sucre de Yangshuo, et puis le Xinjiang à l’extrémité ouest. J’ai suivi la route de la soie, je suis montée au somment de montagnes sacrées, j’ai traversé des rizières, visité des temples et toujours j’ai été fascinée, dépaysée comme jamais. Parfois agacée, parfois fatiguée car au fin fond de la Chine pas toujours facile de se faire comprendre ! Déjà que le mandarin n’est pas simple, mais en plus dans certaines ethnies personne ne le parle et quand on sait que la prononciation est déjà compliquée à la base, les accents des différentes régions ne facilitent pas les échanges. J’étais choquée par les gens qui crachent dans la rue, par le manque d’hygiène des toilettes dans des zones reculées mais combien de fois ai-je été sous le charme de l’accueil que nous avons eu dans les provinces, des sourires édentés des mamis. Tant de gens nous ont invité chez eux ou au restaurant à dîner. Tant de gens ont voulu partager avec nous. J’ai souvenir de longues heures en train pendant lesquelles j’expliquais WikiPédia et globalement internet à un jeune chinois, j’ai souvenir d’avoir suivi les JO dans une ambiance festive, d’avoir été chaleureusement recueillie au Jour de l’An. Et puis, pendant un mois, avec mon chéri, nous nous sommes posés à Beijing. Je voulais prendre des cours de mandarin pour me perfectionner et profiter de cette ville au patrimoine historique si riche.

Aujourd’hui, je vous montre la Cité Interdite (« Cité Pourpre Interdite » de son vrai nom…) que je me suis empressée de visiter dès notre premier jour à Pékin. Cette Cité construite au XViè siècle était la résidence de l’Empereur (24 empereurs se sont succédés jusqu’en 1911). La Cité occupe 72 hectares. Une visite passionnante !

DSCF4033

Lire la suite

Soirée à l’hôtel Mercure Paris Montmartre Sacré Cœur

Pour moi qui suis de la Butte aux Cailles, la Butte Montmartre est la grande sœur, l’autre Butte, à l’opposé de Paris. Une grande sœur que je regarde avec respect et admiration car qui ne succombe pas au charme de Montmartre ?

C’est donc avec plaisir que je me suis rendue à une soirée organisée par l’Hôtel Mercure Paris Montmartre Sacré Cœur (4*) pour nous faire découvrir l’établissement rénové, modernisé et surtout sa toute nouvelle terrasse qui permet de passer un  agréable moment au calme. Si, si, loin de l’agitation du quartier. Le tout en sirotant une sélection de vins scrupuleusement choisis car comme je l’ai appris ce soir-là, les hôtels Mercure ont une longue tradition liée au vin. C’est en quelque sorte leur signature, et ce depuis 40 ans. Ils souhaitent offrir à leur clientèle une dégustation très qualitative de vins sélectionnés par Bettane & Dessauve, experts reconnus. Le tout était accompagné de délicieux tapas, bouchées et petits fours !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons eu de la chance avec la météo. La soirée estivale a duré et nous a permis d’échanger avec l’équipe de l’hôtel et notamment avec son directeur, Eric Rochedy, passionné et dynamique qui nous a parlé de tous ses projets pour l’hôtel et des changements qu’il observe dans le monde de l’hôtellerie et de la restauration. Notamment, saviez-vous que de plus en plus de gens préfèrent boire le vin au verre (+39% entre 2012 et 2013), privilégiant ainsi la qualité de dégustation à la quantité ? Cela correspond tout à fait à ma philosophie ;-)

J’ai également visité quelques chambres. Celles du haut possèdent une vue incroyable sur Paris, soit côté Tour Eiffel, soit côté Sacré Cœur. C’est ce dernier que j’ai préféré…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue depuis une chambre du dernier étage côté Sacré Coeur

Lire la suite